• 1 commentaire
  • créa


    1 commentaire
  • " La beauté plaît aux yeux , la douceur charme l'âme .

    Voltaire

    barre

    signature_2

     

     


    2 commentaires
  • J'ai longtemps vécu dans la blanche forêt

    Au sol toujours couvert d'une nappe immaculée

    Ou la fraîche neige du soir répandait sa rosée

    Et ou l'air pur sentait la liberté .

      

    Puis un triste jour pour les miens

    L'homme est arrivé dans notre vie

    Et a , trés vite , de ses propres mains

    Détruit notre coin de paradis .

      

    Je suis le loup , je hurle à la lune

    L'homme me craint , lâche qu'il est !

    Il me reproche de tuer , alors du haut de ma dune ,

    Je fus fusillé sans aucune pitiè .

      

    Je suis le loup , je hurle à la lune

    Dans un dernier souffle , je pense aux miens

    Et avec un sentiment d'amertume

    Je prie pour qu'ils soient sauvés des humains .

      

    Je ne verrais plus le jour se lever

    Et innonder de lumière , ma belle forêt

    Mais toi homme , je maudis ta cruauté

    De m'avoir tué , parce que je voulais manger .

      

    Toi homme qui tue pour le plaisir

    Sans que nul ne se révolte pour te l'interdire

    Mais sois tranquille homme , l'heure viendra

    Où mère nature te rappellera qui fait la loi ...!

     


    2 commentaires
  •  

    Tu es comme un ange dans mon coeur

    Tu as une place dans ma vie

    Je te garde avec ardeur

    Comme une fleur épanouie .

    Tu as les yeux bleus

    Comme la couleur des cieux

    Tu as un coeur d'ange

    Comme le chant des louanges

    Il y a de la bonté

    Dans ton coeur de fée

    Il y a de l'amour dans le mot Toujours ...

     










     

     


    3 commentaires
  • signature_2

    Ton corps plus doux que ton esprit
    S'exposait hier à ma vue,
    Et d'un transport qui me surprit
    Soulageait l'ardeur qui me tue.

    Ton visage masqué me rit
    Ainsi qu'au travers d'une nue,
    Et sous le gant qui la couvrit
    Ta main m'apparut demi nue.

    Même pour mieux flatter mes sens
    De mille plaisirs innocents,
    Ton sein poussait hors de ta robe.

    Cloris, n'est-ce pas proprement
    Que ton corps de toi se dérobe
    Pour se donner à ton amant ?

    Charles Vion D'Alibray ( 1600-1653 ) 


    1 commentaire
  • Cadre réalisé avec tuto de " jardin des Fées ".

    signature_2

     

     


    1 commentaire

  • 2 commentaires

  • 1 commentaire

  • 1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique